Peur de l’abandon, comment vivre avec ?

L’abandon est l’une des causes les plus courantes du mal-être et du mal de vivre, pouvant même aller jusqu’à un trouble dépressif.

À l’origine de cette souffrance, il y a toujours une situation vécu plus ou moins lointaine. C’est une émotion perturbante liée à un attachement marqué par l’insécurité, qui se caractérise par un manque d’assurance émotionnel.

mal etre.jpg

La personne qui développe la peur de l’abandon n’a pas nécessairement vécu un fait réel d’abandon dans son histoire pour en souffrir. Vous n’avez pas besoin d’avoir vécu un abandon d’une relation amoureuse, familiales, ou socioprofessionnelles pour avoir développé les perceptions et comportements de la personnalité du dépendant.

Exemple : Les enfants dont les parents ont été présents et absents en alternance, suite à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, des vacances loin des parents., la perte d’un être aimé, une rupture amoureuse..

Notre éducation nous amènent à penser que tout cela n’est que du passé et doit être oublié. Du moment où il n’y a pas de logique, nous oublions, minimisons ou normalisons ces émotions que l’on éprouve.

Nous pensons trop souvent que si nous avons pu être abandonnés, nous ne sommes pas dignes d’être aimés. Cette croyance va nous faire ressentir le besoin d’être aimé ou le désir de provoquer le rejet de l’autre, convaincus que nous aurons inévitablement à le subir un jour.

Il se peut qu’aujourd’hui, vous ayez des doutes quant à vos relations. Vous êtes persuadé que quelqu’un peut à tout moment vous abandonner. Ce qui vous empêche de vous stabilisez dans une relation familiale ou sociale. Vous êtes incapable de vivre en couple.

Symptômes de la peur de l’abandon

La peur de l’abandon peut-être traduit par plusieurs signes physiques ou psychiques qui sont facilement observables. On peut la reconnaître aux symptômes suivants :

  1. Vous êtes seul depuis déjà un certain temps et faites peu d’efforts pour rencontrer quelqu’un.
  2. Bien que vous alliez à des rendez-vous, vous n’avez jamais de relations sérieuses.
  3. Vous éprouvez une sensation d’étouffement lorsque vous pensez à des engagements tels que la cohabitation.
  4. Vous donnez la priorité aux amis plutôt qu’à un partenaire éventuel.
  5. Vous avez du mal avec l’intimité.
  6. Il vous est difficile de faire des projets d’avenir.
  7. Vous dépendez constamment des autres pour prendre vos décisions, vous sentir bien ou être heureux
  8. Vous êtes en demande excessive d’affection pour combler une carence affective
  9. Vous n’avez pas une bonne estime personnelle, l’image que vous avez de vous-même est négative.
  10. Vous ne gérez pas bien vos émotions, vous êtes d’humeur triste, vous pleurez très facilement
  11. Vos parents ne vous ont pas donné l’amour et la sécurité nécessaire durant les premiers moments de votre vie ou vous avez été abandonné
  12. Vous êtes sous l’influence néfaste ou sous l’emprise d’un manipulateur affectif
  13. Vous êtes une personne d’une jalousie excessive, anxieuse, craintive, méfiante ou suspicieuse
  14. Vous avez des troubles alimentaires,  particulièrement la boulimie comme un vide que l’on cherche à remplir.
  15. Vous êtes dans un état dépressif, d’angoisse
  16. Vous interprétez chaque signe que vous renvoie votre conjoint, votre ami ?
  17. Vous vous demandez constamment ce que l’autre fait quand il est loin de vous ?
  18. Il vous arrive d’avoir des pensées qui semble indiquer que l’autre va vous laisser prochainement

Ce sont pleins de petits signes qui indiquent clairement votre peur d’être abandonnés.

peur.jpg

En plus de la peur irrationnelle d’être abandonné, vous souffrez certainement d’autres peurs comme:

  • Pur d’être critiqué,
  • Peur de décevoir ou déplaire,
  • Peur de ne pas être à la hauteur,
  • Peur d’être rejeté,
  • Peur de ne plus être aimé,
  • Peur de la solitude,
  • Peur d’entrer en conflit,
  • Peur qu’une autre personne prenne votre place,

Apprendre aux enfants à séparer

La peur de l’abandon peut être ressentie par suite d’un traumatisme lié à une séparation pendant l’enfance.

Dès son plus jeune âge, il faut lui laisser des petits moments à lui, même s’il s’ennuie, afin qu’il parte à la découverte de lui-même, qu’il développe sa créativité et sa curiosité.

Nous avons tendance à vouloir l’occuper en permanence, à lui expliquer sans cesse ce qui se passe autour de lui. Nous oublions parfois qu’il est tout à fait capable de faire ses propres expériences, et d’apprendre à gérer la solitude et notre absence.

Tout est question d’équilibre. Il s’agit d’apprendre à l’enfant à se séparer de façon sereine et confiante. Si vouloir l’émanciper avant qu’il n’en soit capable est dangereux, le surprotéger mènera à la même problématique.

separer.jpg

La peur de l’abandon et le couple

Lors des premiers rendez-vous amoureux, nous avons toujours l’angoisse de faire comprendre à l’autre à quel point il nous trouble. On rêve de lui prendre la main, de lui faire une place dans sa vie, mais la peur du rejet nous fait bafouiller. A tel point que nous avons appris à faire preuve de patience, de sympathie, face aux maladresses d’une personne qui essaie peu à peu d’ouvrir son cœur. Certains deviennent muets, agissent avec froideur ou sarcasme, pour tenter de dissimuler un enthousiasme un peu trop grand.

Une fois en couple, c’est souvent le moment où nous reglons nos comptes avec notre passé. Ce qui crée une souffrance des deux cotés. Pour l’un, le sentiment de ne pas correspondre à ce que notre partenaire attend et de l’autre, la certitude que la rupture est inévitable. Et celle-ci, lorsqu’elle se produit, apparaît comme une nouvelle preuve que nous ne sommes pas aimables.

Une fois que deux personnes sont engagées l’une envers l’autre de manière totalement explicite, on pourrait penser que l’angoisse de l’abandon n’a plus lieu d’être.

Et pourtant, en réalité, cette peur n’est pas limitée aux débuts de relations, elle ne prend jamais fin. Elle peut avoir des conséquences dévastatrices puisque nous refusons de lui prêter suffisamment attention et que nous n’avons pas conscience que nous avons sans cesse besoin d’être rassurés.

Alors que dans notre inconscient, l’acceptation n’est jamais acquise et la réciprocité jamais certaine. Il peut toujours y avoir des menaces nouvelles, perçues ou réelles, minuscules ou immenses, à l’intégrité de notre amour.

reciproque

Les soupçons vont bon train, même après des années à vivre avec quelqu’un. Demander des preuves d’amour peut nous sembler puérile.

Si nous apprenions à reconnaître nos sentiments, et encore mieux à les communiquer aux autres, nous récolterions très certainement la compréhension et la compassion dont nous avons besoin.

Voici quelques comportements typiques si vous avez la peur de l’abandon en couple :

  • Anxieux à l’idée que votre partenaire ne vous désire plus, vous le tenez à distance. Vous prétendez que le besoin d’être rassuré est le cadet de vos soucis.
  • Vous avez l’impression que votre partenaire vous échappe sur le plan émotionnel. Vous essayons de le coincer sur des choses très terre-à-terre comme l’accomplissement des tâches ménagères. Vous essayez de le contrôler.
  • Vous tentez de vous protégez en dénigrant la personne qui vous échappe. Vous épinglez ses faiblesses et vous vous plaignez de ses défauts.
  • Vous fantasmez sur le couple en étant célibataire, mais vous avez peur de perdre votre partenaire une fois en couple.
  • Plus votre partenaire distant et plus vous avez peur.
  • Abandonner celui qui vous fait preuve de dépendance affective. La personnalité dépendante s’accroche facilement à un partenaire qui lui semble inaccessible, autant elle peut se montrer impitoyable et violente avec un partenaire dont elle peut anticiper tous les comportements.
  • Fusionner avec les désirs de votre partenaire, vous donne espoir de devenir la perle rare pour lui et s’assurer ainsi de ne pas être quitté.

Conséquences sur vos relations

Souffrance

La raison pour laquelle nous souffrons, c’est que la société propose une image arrêtée de la manière dont nos émotions fonctionnent. Elle veut faire de nous des êtres indépendants et invulnérables.

Elle insinue qu’il n’est pas normal d’attendre de notre partenaire qu’il continue à nous montrer qu’il nous aime, de vouloir qu’il nous rassure sur ses sentiments envers nous juste parce qu’il ne nous a pas prêté assez attention lors d’une soirée.

Et pourtant, c’est précisément le type de réconfort dont nous avons besoin en permanence. Nous n’en aurons jamais fini avec ce besoin d’acceptation.

Ainsi, certains vivent les ruptures comme des cataclysmes, d’autres s’en protègent et font tout pour les éviter, d’autres encore les considèrent comme des promesses d’un futur meilleur.

besoin attention.jpg

Besoin d’obtenir de l’attention

la personnalité du dépendant y parvient par les moyens suivants :

  • La plainte, les pleurs, la victimisation.
  • Prêcher le faux pour savoir le vrai.
  • Jouer avec votre culpabilité pour obtenir votre écoute ou votre présence.
  • La menace. Si durant la relation de couple, cette personne semblait plutôt fragile et aux petits soins, c’est un tout autre visage qu’elle révèlera au moment de la rupture. Plus elle estime s’être sacrifiée pour que la relation fonctionne, plus elle vivra difficilement la rupture, estimant que vous lui êtes redevable.  Elle ne comprendra pas pourquoi vous l’abandonnez.

La personnalité dépendante comprendra certainement ce passage spécifique sur l’émotion de tristesse. Car elle ne ressent pas une tristesse ponctuelle comme la plupart des gens. Les personnalités dépendantes peuvent ressentir un sentiment profond et permanent de vide intérieur. Plusieurs raisons à cela :

  • L’ingratitude. Malgré les nombreuses sources de richesse qu’elle possède dans sa vie, la personne ressent bien plus d’émotions sur le manque, la perte… Elle angoisse sur l’avenir et refuse de s’attacher au présent
  • Le sentiment de ne pas être assez. Elle se compare en permanence avec d’autres personnes qui n’ont pas les mêmes valeurs. Elle aura le sentiment d’avoir moins de valeur qu’une autre personne,

Guérir la blessure d’abandon

rejet.jpg

Pourquoi mettre tant d’énergie à vouloir vous débarrasser de ce qui fait probablement votre empathie, votre humilité, votre humanité. Le jour où vous percevez avec votre coeur combien votre blessure d’abandon a toujours été présente pour vous pousser:

  • À des relations plus justes pour vous-même,
  • Mieux vous aimez dans toutes vos catégories de Vie,
  • Vivre la vie qui vous correspond,
  • Savoir qui vous êtes vraiment pour être plus authentiquement présent à autrui

Apprenez à compter d’avantage sur vous-même et moins pour les autres.

etre seul.jpg

L’égo a pour rôle de vous protéger  de revivre une situation qu’il a perçu comme un problème responsable d’une profonde souffrance. La peur de l’abandon camoufle ainsi la peur de la solitude.

Si on s’en tient au seul discours d’une personne pour identifier la blessure émotionnelle d’abandon, cette personne vous affirmera avec certitude, qu’elle sait être autonome et sait parfaitement occuper son temps toute seule. Elle n’aurait donc aucun problème apparent avec la peur de l’abandon.

En réalité, lorsqu’elle se retrouve seule, la personnalité du dépendant trouve de nombreuses sources de distraction (télé, radio, téléphone, réseaux sociaux) pour lui éviter d’être en silence avec son monde intérieur.

Apprenez à apprécier quand vous êtes seul, à faire des choses seul, offrez vous du bien être, pour vous et rien que pour vous, sans votre conjoint. Ce sera une source de discussion avec votre partenaire et vous n’aurez plus peur de l’abandon.

Améliorez votre estime et votre confiance en vous

confiance.jpg

La peur de l’abandon vient aussi d’un manque de confiance en soi. Quand on doute de soi, on a peur de ne pas être assez bien ou assez intéressant pour l’autre.

Apprenez à vous aimer et si vous avez été abandonné dans l’enfance, vous n’êtes pas responsable de la séparation, vous n’avez en aucun cas à culpabiliser ni à penser ou ressentir que vous n’êtes pas digne d’être aimé.

Si la personne que vous aimez est tombé amoureuse de vous, c’est que vous avez de belles qualités en vous qui ont plu à cette personne, elle vous a choisi.

La vérité est la même pour tous : vous êtes une personne de valeur digne d’être aimée et elle ne changera pas même si l’autre vous rejette, vous abandonne ou vous quitte !

Apprendre à ce libérer de ses émotions

émotion.jpg

Si vous voulez apaiser votre crainte de l’abandon, vous devez trouver un meilleur équilibre émotionnel.

Éviter toute victimisation lors des absences ou des moments de solitude, éviter de dramatiser les séparations.

Plus besoin de pleurer lorsque vous vous retrouvez seul, puisque quoi qu’il arrive, vous savez rester calme et serein, ne pas angoisser, ne pas vous mettre en colère ou devenir agressif contre les autres ou vous-même,

Vous savez dire « non » et vous occuper de vous sans vous culpabiliser, Il importe vraiment que la solitude ne soit plus mal vécue ou accompagnée d’une sensation de trahison ou d’injustice.

L’entourage proche pourra également participer vers la guérison en affirmant régulièrement ses émotions et sentiments.

Faire un tour dans son passé.

passé.png

La peur de l’abandon prend souvent origine dans l’enfance. Il est essentiel de faire un travail sur soi pour déceler l’origine et comprendre ce qui a pu vous créer cette peur de l’abandon. Cela ne guérira pas dans l’immédiat l’angoisse de l’abandon. Par contre comprendre ce qui a pu nous blesser est un pas important à faire.

Prendre consciences de ses talents

Vous avez développé des talents d’organisation, d’anticipation des risques et de communication pour parvenir à vos fins. Vous devez prendre conscience de la valeur de cette force qui existe en vous, pour la mettre au service des projets de votre coeur et plus au service de vos peurs.

Quel est la solution ?

La solution à tous ces problèmes serait de normaliser une idée plus juste de notre fonctionnement émotionnel. Il est en réalité sain et mature d’être fragile et d’avoir ce besoin constant d’être rassuré.

L’insécurité est, dans le domaine qui nous intéresse, un signe de santé mentale. Elle signifie que nous ne considérons pas les autres comme un acquis. Elle signifie que nous demeurons assez réaliste pour voir que les choses pourraient mal tourner, et que nous sommes assez investi dans notre relation pour que cela nous préoccupe.

preuve.jpg

Nous devrions nous réserver des moments réguliers, peut-être même plusieurs fois par jour, où nous nous sentirions libres de poser nos questions sans nous sentir gênés.  « J’ai vraiment besoin de toi, est-ce que tu veux toujours de moi ? » devrait être la plus banale des questions.

Nous devrions dissocier l’aveu d’un besoin de toutes les idées négatives que l’on associe à ce terme de « besoin ». Il nous faut nous entraîner à reconnaître l’amour et les désirs qui se cachent derrière certains des comportements les plus glaciaux, les plus directifs et les plus grossiers auxquels nous pouvons parfois être confrontés de la part de notre partenaire ou dont nous pouvons parfois faire preuve.

Vous devez vous pardonner un jour d’avoir été abandonné, et mériter aujourd’hui d’être aimé.

 

ICI
ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :