Exercice pratique pour travailler sa respiration

L’expiration est associé à la relaxation. À l’inverse, l’inspiration est plutôt associé au stress et à l’anxiété. D’autre part, sachez que pour apprendre à respirer tranquillement, cela demande une pratique quotidienne. On peut diviser cette pratique en 5 étapes :

  • Respirez normalement par le nez et avec la bouche fermée.
  • Laissez sortir lentement l’air par le nez avec la bouche fermée.
  • Lorsque vous laissez l’air sortir, répétez mentalement le mot « calme » ou « relaxé » (ou un autre mot que vous trouvez relaxant), très lentement.
  • Comptez lentement jusqu’à quatre et reprenez de l’air.
  • Pratiquez cet exercice plusieurs fois par jour, en réalisant 10 à 15 respirations à chaque fois.

Plus vous pratiquerez votre respiration, plus vous pourrez gérer vos émotions, au lieu de les laisser vous inonder et vous envahir. L’équilibre émotionnel est directement lié au fait de pouvoir apprendre à utiliser ses émotions pour communiquer avec soi-même et avec les autres de manière saine.

Exercice pratique pour travailler sa respiration

« La respiration a la même racine « spir » que le mot esprit (spiritus en latin) et donc la même étymologie que le mot spiritualité.

En vérité la spiritualité est, entre autres choses, une question de souffle. Les différentes traditions sont unanimes à le considérer. En Inde on parle de prana. En Chine on évoque le Qi. Un homme ou une femme spirituel(le) est donc un homme ou une femme qui a du souffle ! Un souffle dont, comme du souffle du vent, on ne sait ni d’où il vient ni où il va !

Un être spirituel est un être ouvert à toutes les énergies qui traversent le monde et, plus particulièrement, le corps humain. Les Chinois aiment à considérer l’homme comme TianDi, c’est à dire comme un aimant entre le ciel (Tian) et la terre (Di), captant et condensant en lui-même, les énergies de l’un comme de l’autre. 

La conscience au coeur de la spiritualité.

Enracinée dans le corps, animée par le souffle, habitée par toutes les énergies, la spiritualité est affaire de conscience. Le mot est ambigu et je ne parle pas ici de conscience morale. Mais de la conscience que nous avons d’exister. De notre conscience d’être conscient, si possible sans aucun autre objet de conscience. Et, s’il nous arrive un jour d’être totalement éveillés, nous nous ressentons comme purement et simplement conscience. C’est alors un point culminant de notre parcours spirituel.

Certaines pratiques venues d’Orient, peuvent nous y aider comme le yoga ou comme le Qi Gong, qui veut dire « maîtrise de l’énergie » ou « maîtrise du souffle ».

Mais nous pouvons y parvenir en restant tout à fait occidentaux, en commençant par fermer les yeux, fermant ainsi la porte à la plus grande partie de nos informations sensorielles et nous permettant de tourner le regard de l’extérieur vers notre intériorité. »

« A hauteur de nuages » un livre de Bernard Besret

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :