Comment être en paix avec soi-même ?

Pour bien vivre sa relation au monde, le plus important est de vivre en paix avec soi-même.

Dans la vie beaucoup de choses peuvent être simplifiées en acceptant la personne que nous sommes. Des pensées simples peuvent vous permettre d’aller de l’avant en étant avant tout : vous-même !

Lorsqu’on parle d’acceptation de soi, il y a deux domaines majeurs sur lesquels travailler. Le premier, c’est le fait de s’accepter physiquement, tel que nous sommes, ce qui est pour beaucoup un défi. Le deuxième, c’est celui de s’accepter en tant que personne, avec tous nos traits de caractère. Là encore, selon notre passé, notre éducation, ça n’est pas aisé pour tous et demande parfois un long cheminement personnel.

Commençons par redéfinir ce que « être en paix » signifie.

Être en paix c’est « Accepter ». C’est « S’accepter », ou encore, c’est « accepter ce qui EST », TOUT ce qui Est ! Sans chercher à nier, sans chercher à fuir, sans chercher à réprimer, sans chercher à se punir, sans chercher à se changer…

En effet, il ne nous est pas possible d’être en paix tout en se faisant la guerre !

La paix n’est donc pas cet espace où tout est beau, doux et harmonieux. Non, la paix passe d’abord par l’acceptation de ce qui est présent, quel que soit le « présent » du moment.

Alors en effet, il y a sans doute de la peur, du jugement, de la colère, de l’impatience, de l’insécurité.., et tout cela est à accueillir.

libre1Comment être en paix avec soi-même ?De plus, tout ce qui nous arrive n’est pas le fruit du hasard. Tout est prétexte à notre évolution. Ainsi, nous serons amenés à vivre, de différentes façons, tout ce qui est justement réprimé ou inconscient en nous.

Vous l’avez compris, de la sorte, ce qui était inconscient passe à la conscience, à l’acceptation, pour se transformer en paix et en liberté.

Liberté, car ce ne sont plus ces évènements qui nous contrôlent. Nous devenons conscients et libres de ce qui se passe en nous. Nous ne « réagissons » plus de manière automatique aux évènements.. Nous recouvrons notre pouvoir, notre libre arbitre, notre liberté « d’agir » en âme et conscience, et nous cessons de subir.

Nous cessons d’accuser les autres de nous faire passer dans tous nos états, ce qui est profondément faux. L’autre est un révélateur d’inconscience. Voilà tout, et il ne le fait même pas exprès…

Être libre et en paix nécessite donc de se connaître. Être de moins en moins inconscient, de plus en plus conscient de nos « mécanismes de défense »

Une fois ce fonctionnement intégré, la vie n’est plus vécue comme une injustice. La paix tant désirée arrive alors d’elle-même, sous une forme d’acceptation et d’amour pour elle, pour soi-même et pour cette belle croissance qui s’opère…

Pour commencer, nous avons tous des pensées et nous sommes tous traversés par des émotions indépendamment de nos choix. Nous vivons également toutes sortes d’expériences et de circonstances qui sont parfois agréables, parfois désagréables. Ce sont des éléments extérieurs à nous que nous ne contrôlons pas et que nous ne pourrons jamais contrôler. Vous ne pourrez jamais empêcher la pluie de tomber malgré tous vos efforts.

Puis il y a notre attitude, nos réactions, ce que l’on va en faire et cela dépend totalement de nous-mêmes. Vous pouvez changer chaque jour votre attitude face aux mêmes circonstances et c’est ainsi que vous pourrez trouver la paix intérieure.

Par exemple, vous pouvez pester contre la pluie qui tombe, être de mauvaise humeur, vous n’allez que renforcer votre mal-être sans que cela ne change rien à la pluie qui continue de tomber et ne s’arrêtera que quand ce sera le bon moment.

Si au contraire, vous acceptez ce qui est, en tirant leçon de la situation pour par exemple sortir avec un parapluie ou reporter votre sortie, vous êtes en paix et vous vous en fiché.

 

S’accepter comme on est physiquement

Souvent, quand on se retrouve dans le miroir le matin, on a une réaction négative face à notre reflet : un soupir, une grimace. Il est difficile de se trouver bien tel que nous sommes. Nous passons du temps à nous comparer, et avons beaucoup de matière pour le faire : les réseaux sociaux, la publicité, les gens que l’on croise.

Comment être en paix avec soi-même ?De plus, nous prenons peu de temps au quotidien pour nouer un véritable lien avec notre corps. Souvent, nous ne l’écoutons pas et nous le nourrissons de la première chose qui nous passe par la main. Et puis, comme nous sommes toujours pressés, ce sont les moments « pour prendre soin de lui » qui passent à la trappe.

Pourtant, je pense que la première chose à faire lorsque l’on veut améliorer sa vie ou se sentir plus heureux, c’est de renouer avec son corps. Au lieu de le haïr d’être trop ceci, et pas assez cela, prenez simplement un moment chaque jour pour l’écouter.  Voilà une des étapes essentielles à l’acceptation de soi.

Demandez-vous : De quoi votre corps a-t-il besoin ? Mangez-vous trop ou pas assez ? Faites-vous assez de sport ? Trop de sport ?  Est-ce que vous dormez assez ?

Commencez à voir votre corps tel qu’il est : merveilleux !

Au fond, votre corps est votre véhicule sur Terre, et sans lui, vous n’irez nulle part.

Remarquez comme il est difficile de vous aventurer vers vos projets quand vous tombez malade. En fait, votre corps est merveilleux ! Car même si vous le nourrissez mal depuis des années, même si vous le négligez sans cesse, même quand vous lui dites des paroles blessantes, il continue de fonctionner à chaque instant à merveille.

Pour VOUS.

Comment être en paix avec soi-même ?Cependant, en adoptant de nouvelles habitudes saines et conscientes, en prenant soin de vous, je suis persuadé que votre corps vous le rendra.

Remarquez tout ce qu’il fait pour vous chaque jour. Levez vous avec de la gratitude pour le simple fait de vous tenir debout (qui est déjà une chance énorme), de respirer, de ne ressentir aucune douleur. Vos petits défauts physiques vous paraîtront alors, bien anodins.

Vraiment, je crois que prendre 10 minutes par jour pour renouer avec son corps est la première étape pour parvenir à une acceptation de soi totale.

Alors, vous êtes prêt à relever le défi ? Dans ce cas, mettez en place une de ces petites actions chaque jour :

  • Une mini séance de sport ou de yoga (sans notion de performance)
  • Un rituel de soin ou de beauté
  • Une liste de gratitude envers votre corps
  • Cuisiner un plat sain
  • Manger en pleine conscience

Je crois que toutes les personnes adeptes du développement personnel ont débuté par une relation nouvelle, plus consciente, avec leur corps.

Acceptation de soi : un cheminement nécessaire

Pour parvenir à l’acceptation de soi, c’est parvenir à s’accepter comme on est en tant que personne. C’est aussi cette étape qui prend parfois toute une vie. Mais pourquoi est-ce si compliqué ?

L’acceptation de soi est un chemin semé d’embûches.

La première raison. 

1*DfA5DIl2H2R6AjVkz

Je veux bien être moi-même, mais je veux aussi être assez bien pour que mes parents soient fiers, assez cool pour mes potes, assez rigolo pour mon partenaire, assez futé pour mon job…

À une période de nos vies, jusqu’à environ nos 2 ans, nous ne savions même pas reconnaître notre propre reflet dans le miroir, alors se débarrasser de toutes les attentes que l’on a envers soi pour trouver qui l’on est, en vrai, tout au fond, puis l’accepter… C’est complexe !Et pourtant, vivre en accord avec ce que l’on est, avec nos sentiments et émotions, avec nos valeurs, ce serait fondamental.

La deuxième raison.

Comment être en paix avec soi-même ?En tant qu’adulte, nous devons souvent compenser avec des blessures d’enfance, liées à notre éducation ou des événements passés. Si nous n’y prêtons jamais attention, cela aura des conséquences tout au long de notre vie sur nos relations et nos accomplissements.

En fait, nous répétons sans cesse le schéma qui ravive notre blessure. C’est tout à fait inconscient, et pourtant c’est un vrai frein à l’acceptation de soi. Par exemple, si nous avons expérimenté le rejet de notre père, tous les hommes que nous rencontrons finiront par nous fuir. Ou alors, si des situations passées nous ont donné l’impression de ne pas valoir grand-chose, nous ferons en sorte de nous mettre en échec régulièrement.

Ce qui conduit notre niveau de confiance en nous à se réduire sans arrêt… Sans avoir pris conscience de ces blessures, sans avoir travaillé sur leur origine et leur guérison, il est impossible de s’accepter pleinement.

Enfin, la troisième raison.

110837058_oElle nous empêche de nous accepter pleinement, c’est que nos expériences nous ont souvent poussé à manquer d’estime de nous. Et alors, nous nous faisons passer au second plan dans notre propre vie. En effet, si l’on vit avec l’impression de ne rien valoir, pourquoi vivre ses rêves ? Pourquoi se lancer dans un projet qui nous tient à cœur ?

Et pourtant, plus le temps passe, plus l’on s’en veut de ne pas être capable, de ne pas parvenir à se motiver. C’est un véritable cercle vicieux qui fait que nous nous apprécions de moins en moins. Heureusement, ce constat n’est pas immuable et l’évolution est toujours possible.

 

Avoir l’intention de s’accepter, un bon début

Comment être en paix avec soi-même ?Eh oui, le premier pas vers l’authenticité et l’acceptation de soi, c’est bien cela : avoir l’intention de trouver qui l’on est et de faire la paix avec ce qu’on déniche.

Prendre du temps pour faire quelques exercices de connaissance de soi. Écrire les forces, les faiblesses, les qualités, les défauts, les valeurs que l’on pense avoir, noter ce vers quoi les « meilleures versions » de nous-mêmes souhaitent aller…

Ça n’a l’air de rien, mais dégager quelques minutes pour se dire que les séances d’auto-critiques sont derrière nous, que l’on essaie désormais d’entrer dans une vie pleine de tolérance, d’acceptation et de bienveillance.

Nous sommes ce que nous sommes, et ce n’est ni trop, ni pas assez.

À quoi nous serviraient ces moments passés à nous détester, si ce n’est à nous pourrir l’existence ? Commencer par avoir l’intention d’être bienveillant envers soi-même… C’est déjà de la bienveillance.

Et le simple fait de penser régulièrement à cette intention de bienveillance pourrait nous aider à adopter cette nouvelle manière de voir les choses – et donc, à aller vers une vie plus heureuse !

Chasser nos croyances limitante

rc3a9alitc3a9Vous êtes quelqu’un de bien, capable de grandes choses, et vous méritez d’être heureux. Mais qui vous a empêché de croire en cela ?  Qu’est ce qui, dans votre vie, vous en a fait douter ?

Le travail d’un coach ou d’un thérapeute conduira à vous faire comprendre pour quelles raisons vous manquez de confiance en vous et avez du mal à vous accepter.

Cependant, si vous n’êtes pas prêts à faire un tel travail, vous pouvez débuter tout seul. Comment ? En changeant là encore vos habitudes. Pas besoin d’attendre que vous soyez plus vieux, plus fort, plus confiant. Il vous suffit dès aujourd’hui de prendre du recul sur les situations que vous vivez, sur les émotions et les pensées qui vous traversent…

Célébrer nos forces… et pardonner nos faiblesses

Vous savez comme parfois, au milieu de dizaines de compliments, nous recevons une critique ? Et comme nous oublions tous ces compliments pour ne bien se souvenir que de cette critique pourrie ?

C’est une tendance humaine : vous êtes peut-être méga-intelligent, hyper drôle, carrément compétent, s’il y a un petit truc que vous n’aimez pas chez vous, il est possible que vous passiez plus de temps à penser à ce micro-truc qu’à toutes vos qualités.

Nous avons tous et toutes des défauts, des trucs dont nous ne sommes pas très fier.

Dans un premier temps, les psychologues proposent de nous concentrés sur ce que l’on apprécie chez nous. Pour bien les ancrer dans nos caboches, nous pouvons noter sur un carnet nos forces, nos compétences, nos atouts.

Nous pouvons également en profiter pour y raconter les épreuves que nous avons su traverser, les choses que nous avons accomplies, les relations dont nous sommes satisfait.

article_13818672334Puis, dans un second temps, nous pouvons faire l’exercice inverse : inscrire les faiblesses que nous pensons avoir, écrire les choses avec lesquelles on galère.

Peut-être que vous vous trouvez insouciant, égoïste, jaloux, désorganisé.

Peut-être que vous regrettez d’avoir fait ceci, ou de ne pas avoir fait cela… Et vous savez quoi ?

Tout cela, tous nos choix, toutes nos faiblesses, tout cela fait partie de nous. Nous avons sans doute fait des erreurs, et nous en ferons encore.

Et au moment où nous les avons faites, peut-être que ces décisions nous semblaient les meilleures dans le contexte où nous étions, avec les choses que nous savions à l’époque.

Écrire toutes nos petites hontes, tous nos grands échecs, toutes nos faiblesses, les rendront probablement moins graves, moins honteuses.

S’entrainer à l’auto-bienveillance

Un jour, lorsque vous aurez terminé cet exercice-là, essayez de lire tout ce que vous avez écrit à haute voix.

Comment être en paix avec soi-même ?Dites-vous vos forces, vos faiblesses… Puis dites-vous que, malgré tout, vous vous aimez.

Que vous pardonnez vos erreurs, que vos défauts font partie de vous, et, surtout, que vous évolurez tout au long de votre vie.

Vous savez c’est quoi le meilleur dans tout ça ? Lorsque nous acceptons d’être nous-mêmes, d’être authentiques, nous acceptons ce que nous avons vécu, et ce que nous ne pouvons pas contrôler.

Nous pouvons alors utiliser notre énergie sur les choses que nous pouvons changer !

Le dernier petit plus de cet entraînement à l’auto-bienveillance ?

En s’entraînant à la connaissance et à l’acceptation de soi, nous allons aussi devenir de plus en plus bienveillants envers les autres – comme si le bonheur contaminait un peu tous les aspects de nos vies et de nos relations…

L’indulgence envers soi : une clé essentielle

De plus, accepter la situation au lieu de lutter contre elle, est une bonne habitude à prendre pour mieux vous accepter. Lorsque l’on entame un développement personnel, on veut parfois tout changer en soi, remettre chaque pièce du puzzle à sa place, et tout révolutionner. Sauf que, ce n’est pas cela l’acceptation de soi.

S’accepter comme on est, c’est être conscient de ses qualités et de ses défauts, et tenter de les comprendre, pas de les éradiquer.

Comment être en paix avec soi-même ?Imaginez que vous explosiez de colère contre quelque chose. Demandez vous : Pourquoi est ce que je réagis ainsi ? Qu’est ce que je pourrais faire pour que cette réaction ne se reproduise pas ? Mettre des mots sur ce que vous ressentez, y trouver un sens, voilà un bon moyen de vous accueillir tel que vous êtes. Vos réactions seront alors naturellement moins vives.

Au final, pour être en paix avec soi-même, il est important d’être indulgent envers soi. Comprenez que le moindre changement prend du temps, et que tout n’est pas à jeter en vous. Vos « défauts » ont des raisons d’être. D’ailleurs, ils ne vous empêchent pas d’être parfaits dès aujourd’hui. Tout ceci fait partie d’un cheminement, souvent long et intense, qui vous suivra parfois toute votre vie. Mais sachez vous avez toutes les cartes en main pour vous acceptez tel que vous êtes dès aujourd’hui.

C’est simple à comprendre jusque là et pas aussi facile à vivre parce que nous n’avons pas l’habitude de fonctionner ainsi. Et nos anciennes habitudes sont très solides. Donc la solution est un entraînement chaque jour à accepter ce qui est pour apprendre, pour tirer de nouvelles leçons sans réagir de façon démesurée et c’est ainsi que vous aurez la paix intérieure. Laissez vivre ce qui est sans vous identifier avec et vous serez tranquille.

Vous serez en paix.

La paix intérieure, ça passe par un entraînement de l’esprit pour prendre la vie comme elle est, plutôt que comme vous pensez qu’elle devrait être. Peu importe où vous êtes actuellement, l’essentiel est de faire un pas en avant dans la bonne direction pour vous mettre en chemin.

Accepter qui on est, ce qu’on veut, nos forces et nos faiblesses, c’est une étape importante vers le bonheur.

Nous rêvions juste de liberté

3 commentaires sur “Comment être en paix avec soi-même ?

  1. Ping : Changements psychologiques des femmes enceintes – Mind Body Life

  2. Ping : Ma vie de couple est elle uniquement synonyme de sacrifices et souffrances ? – Mind Body Life

  3. Ping : Rester calme en toutes circonstances : mode d’emploi – Mind Body Life

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :