Voici 10 blessures émotionnelles de l’enfance qui persistent à l’âge adulte

En profiter ici

« Un enfant blessé dans son intégralité ne cesse pas d’aimer ses parents, il cesse de s’aimer lui-même. »

Nous ne sommes souvent pas conscients de ce qui nous bloque, de ce qui nous donne le vertige, et de ce qui provoque en nous de la crainte.

Dans la majorité des cas, l’origine se trouve dans ces blessures émotionnelles qui ont entraîné nos premières expériences avec le monde et dont nous n’avons pas pu nous soigner.

Ces blessures émotionnelles dont nous avons souffert durant l’enfance sont traînées toute notre vie, même à l’âge adulte. D’ailleurs, rares sont les personnes qui perçoivent les liens entre les blessures d’enfance et les problèmes qu’elles rencontrent une fois adultes, même si ce lien est puissant.

Elles font partie de la moelle de nos émotions à l’âge adulte. Pour comprendre leur fonctionnement, on peut les comparer à une plante que l’on maltraite alors qu’elle vient de germer : les séquelles de ces maltraitance resteront sur la plante, ses feuilles et ses racines, toute sa vie..

C’est pour cela qu’il faut apprendre à nous désintoxiquer de toutes ces émotions, pour commencer à nous assainir de l’intérieur.

Qu’est ce qu’une blessure de l’enfance ?

Nos émotions, nos blessures d’enfance et nos réactions nous condamnent à revivre des relations insatisfaisantes et des comportements destructeurs. Certaines de nos blessures sont vécues dans la vie utérine et d’autres nous sont transmises comme des héritages par nos parents au travers de nos gênes et notre éducation.

Toutes nos relations affectives se construisent à partir de notre première relation d’amour avec les figures parentales. Ce premier lien affectif devient le modèle qui influencera de manière significative la façon d’être en relation avec soi-même et avec les autres.-1168525_w767h767c1cx986cy765.jpg

« Les blessures émotionnelles sont des expériences douloureuses de l’enfance, qui forment notre personnalité adulte, cque nous sommes et comment nous nous confrontons aux adversités de la vie.« 

Nous devons en être conscient et, ainsi, éviter de les maquiller car, plus nous prendrons de temps pour les soigner, plus profondes elles seront.La peur de revivre la souffrance que l’on a vécue fait que nous nous mettons des centaines de masques qui rendent encore plus difficiles nos mouvements dans la vie.C’est précisément, ce que nous devons éviter.

D’ailleurs, tout les jours, des adultes vivent une situation comme si elle leur faisait revivre une blessure de l’enfance. Une non reconnaissance vécue comme une humiliation, une querelle ressentie comme un abandon. Alors, la personne peut réagir de façon exagérée. A ce moment-là, elle réclame, sans le réaliser, et sans que l’autre ne s’en rende compte non plus, un amour inconditionnel qu’elle n’a pas reçu enfant.Voici quelques exemples de sur réaction :

    • Lorsque je commence une relation amoureuse je me sens si angoissée que j’en demande trop tout de suite.

 

    • Quand je dois présenter un rapport à mes supérieurs, je suis si persuadé qu’ils vont le critiquer que j’en perds mes moyens et ne vois que mes défauts.

 

    • Dans la rue, la vue des SDF fait monter en moi une révolte si forte que je suis insupportable et fais fuir les plus patients.

 

    • Si je vois une maman mal se comporter envers son enfant, je ne peux pas m’empêcher d’aller l’engueuler…et d’empirer mon état.

 

    • Je suis d’une jalousie maladive, je sais. Je m’inquiète dès que je quitte ma copine le matin.

 

    • Dans une discussion, je laisse s’exprimer les autres tout le temps, j’ai trop peur de leur jugement.

 

  • J’ai l’impression de n’être pas capable de vivre comme les autres. Je me sens très nul.

Dans tous ces cas, ces personnes, lorsqu’elles étaient enfant, ne pouvaient mettre le doigt sur ce qui leur manquait. Elles ressentaient un vide, c’est tout. Et puis, elles se sont surtout senties coupables. Et c’est là que des comportements d’adaptation se sont mis en place.

Pour édifier un mur entre soi et ce qui se passe, pour ne plus «toucher» à la blessure, pour éviter de ressentir la culpabilité, pour s’adapter aux injonctions parentales. Au fil du temps, certaines blessures ont guéri. Parfois pas ou pas toutes.

Devenu adulte, on peut répéter les mêmes schémas de comportement avec d’autres personnes, malgré nous. Ces réactions inconscientes sont profondément camouflées à l’intérieur et c’est par les parties apparentes que l’on peut les aborder.

Car c’est à cet enfant blessé qui n’a pas reçu tout l’amour inconditionnel dont il avait besoin et dont le chagrin déborde que l’on va s’adresser pour mieux vivre.Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte

Souvent nous oublions la clé pour accéder à notre « enfant intérieur », en privilégiant une approche trop rationnelle et en étouffant notre ressenti. Pourtant l’enfant se construit jusqu’à environ 6 ans à l’aide de son ressenti, par mimétisme.

« Papa et Maman, je vous observe, je ressens vos émotions, Si vous êtes tendus je suis inquiet, je peux pleurer, si vous êtes joyeux et souriants je m’efforce de vous rendre ce sourire. Dans ce mimétisme je copie tout, même les comportements liés à vos propres blessures, car vous êtes mes modèles, mes héros »

Dans la réalité, notre désir d’amour inconditionnel a rarement été satisfait ! Nos parents furent imparfaits dans le meilleur des cas et ce désir était irréaliste. Ce n’est pas une raison pour continuer à se trainer nos blessures ! On a besoin de trouver un sens à ces peines vécues, pour se réparer en s’affranchissant du système de protection mis en place.

En général le premier système de protection est la perte de confiance. Elle peut apparaître dès le berceau : trop d’agitations extérieures, rythmes non respectés, besoins non satisfaits, peur, faim, pleurs sans que l’adulte réconforte, manque d’amour… Alors même bébé, on va créer des défenses pour obtenir ce dont on a besoin.

 

Un parent parfait n’existe pas

On doit prendre conscience de cette réalité pour contrôler et réviser constamment nos actions envers les enfants et dans la vie de famille, et se souvenir que les enfants apprennent plus en nous regardant faire qu’en écoutant ce que l’on dit.

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Les enfants ne sont pas livrés avec un manuel, c’est chaque jour que nous développons notre style parental, nos capacités à dépasser chaque obstacle rencontré sur notre chemin.

Un parent parfait n’existe pas, mais vous pouvez devenir le meilleur parent possible en mettant en pratique vos capacités d’observation, d’amélioration et de changement. C’est pourquoi il faut connaître les principales blessures émotionnelles et traumas qui peuvent apparaître dans la vie émotionnelle des enfants, afin de toujours les prévenir lorsqu’on veut agir.

1 – Les blessures du rejet

C’est une blessure profonde, parce qu’elle implique le rejet de notre être intérieur.

L’enfant s’est senti ou a été rejeté par un parent. A la différence de l’abandon, le rejet renvoit à qui je suis. C’est ma personne qui est rejetée. Une éducation trop rigide, une froideur dans la relation père-fils ou mère-fille peut en être à l’origine. Un enfant ne fait pas la différence entre lui et ce qu’il fait. Lorsqu’il fait une erreur et qu’il est réprimandé, il se sentira rejeté au même titre que cette « faute ».

Voici 10 blessures émotionnelles l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Certains parents rejettent aussi leurs enfants parce qu’ils naissent à un moment inadéquat et sont donc le produit d’une négligence.

Ce type de rejet est sans aucun doute la blessure la plus précoce et la plus destructrice. En effet, il s’agit d’une mère ou d’une famille qui refuse la grossesse et la venue d’un nouvel être dans le foyer, soit par rejet ou par déni, cela concerne aussi les personnes nées sous X, nées d’un inceste ou d’un viol.

Durant les 9 mois de la gestation, l’enfant à venir va recevoir les émotions de rejet de sa mère en ligne directe et ressentir d’être mal venu au plus profond de lui. Une autre forme de rejet est liée à des caractéristiques physiques, culturelles, ethniques, linguistiques, religieuses ou intellectuelle.

L’enfant va créer en lui un processus d’auto-rejet. Il aura tendance à rechercher la solitude qui pour lui sera un bon moyen de ne pas être rejeté. Il évitera de prendre la parole, de participer aux jeux collectifs à l’école.

Les personnes souffrant des blessures de rejet ne croient pas à leur droit légitime d’exister avec la sensation que jamais on ne pourra faire assez dans la vie, au travail, dans les études ou dans les relations amoureuses. Ces individus préféreront rester seuls et isolés et se demandent ce qu’elles font sur cette planète, elles se considèrent nulles et sans valeur.

2. La peur de l’abandon

Cette blessure émotionnelle du passé prend son origine lorsque la mère, ou la personne qui s’occupe de l’enfant, ne peut pas ou ne veut pas répondre en tant que figure protectrice.

Il s’agit souvent d’enfants laissés seuls pendant de longues périodes ou élevés par des tiers, ou simplement des enfants de parents qui, pour des raisons personnelles, ne veulent pas répondre de façon adéquate aux exigences de compagnie et d’attention demandées par les enfants.

Voici 10 blessures émotionnelles l'enfance qui persistent à l'âge adulte
L’abandon est l’une des causes les plus courantes de mal-être.

Le sentiment d’abandon est la plupart du temps proportionnel au désinvestissement parental, l’enfant peut être effectivement abandonné, alors que rien n’est visible de l’extérieur.

Le sentiment d’être véritablement envahi par des parents possessifs peut être tout aussi dévastateur pour la personnalité. Un enfant dominé par un parent étouffant parviendra difficilement à se dégager de cette étreinte et reproduira ce type de lien adulte. Face à toutes ses propres émotions ingérables pour lui et mal acceptées de la part des autres, l’enfant va élaborer un système de protection intérieur, un mécanisme de défense.

Ce mental va « faire taire » les émotions ressenties et créer des barrages qui laisseront des traces dans sa vie d’adulte. Cela aura pour conséquence un manque d’autonomie, le besoin des autres pour entreprendre, un repli sur soi ou au contraire la peur de la solitude, à avoir des comportements qui sont contraires à ses propres valeurs.

L’abandon est le pire ennemi de quelqu’un qui l’a vécu durant son enfance. Imaginez la douleur que peut ressentir un enfant lorsqu’il se sent seul, isolé et non protégé face à un monde qu’il ne connaît pas.

Quand l’enfant abandonné devient adulte, il essaie de prévenir le fait de revivre cet abandon. Il y aura une attention constante à ce manque, par conséquent, celui qui a en a souffert, abandonnera ses partenaires et ses projets de façon précoce.

Cela répond, uniquement et exclusivement à la crainte que l’on a de revivre cette souffrance.

Il est très fréquent que ces personnes parlent et pensent de cette manière : « Je te quitte avant que tu ne me quittes », « Personne ne me soutient, je ne suis pas prêt à supporter cela », « Si tu pars, ne reviens pas ».

Comme il ressent un tel vide, que rien ne le comble vraiment, il peut se sentir coupable et avoir honte de ne pas susciter, une fois de plus, l’amour assez grand. Pour obtenir ce soutien et cet amour, il pourra se montrer fragile, malade, demander une approbation et une attention exacerbée…

3. Violence intrafamiliale

Culturellement, on nous a appris que certaines violences envers les enfants sont acceptables (gifles, fessées…).

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Or, de nombreuses études ont prouvé le contraire.
La violence enseigne aux enfants à résoudre leurs conflits par la violence, à ne pas gérer de façon adéquate leurs explosions de colère, à résoudre leurs conflits familiaux par la loi du plus fort.

Ces séquelles et blessures émotionnelles de l’enfance sont portées à l’âge adulte et affectent la personne et son entourage, générant des époux et épouses auteurs de violences.

4.  Les blessures de carences affectives

Lorsqu’on souffre de carences affectives, on a le don de se lancer dans des relations de couple souffrantes et ainsi de développer une dépression amoureuse avec un sentiment de manque et de vide ainsi que des frustrations affectives et des attentes inassouvies.

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte
On attend de la part de l’autre qu’il nous donne ce que l’on n’a pas reçu durant notre enfance. C’est à dire l’affection, la reconnaissance, l’attention, etc… Toutes ses situations répétitives développent des mécanismes de défense compensatoire.

Cette carence affective, c’est un besoin fondamental qui n’a pas été comblé. Avant de naître, un enfant a vécu dans le ventre de sa mère pendant 9 mois. Il y a été enveloppé, bercé et porté le plus naturellement.

L’enfant, comme l’adulte plus tard, garde donc le besoin d’être enveloppé, d’être câliné. Et le besoin de contact, de tendresse est aussi important que le besoin de chaleur ou de nourriture.

Une personne en carence affective a l’impression d’être destinée à ne jamais trouver d’épanouissement, à ne jamais parvenir à être entendue ou comprise. Elle ressent une sensation de vide, de solitude et d’absence avec la certitude douloureuse et angoissante d’être condamné à la solitude.

5. L’auto sabotage

L’auto sabotage se rencontre généralement chez des personnes à qui rien ne réussit.

Il y a toujours quelque chose qui fait échouer leurs projets, même si tout est réuni pour que ça marche ! C’est comme si ces personnes se programmaient pour être malheureuses, pour atteindre rarement leurs objectifs.

Voici 10 blessures émotionnelles l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Il y a auto-sabotage lorsque le sujet affirme vouloir atteindre un objectif, alors que ses actions, sa motivation majeure et surtout ses résultat sont contraires au but qu’il s’est fixé. Vu de l’extérieur, il semble se battre pour réussir, mais inévitablement, de façon plus ou moins subtile, il sabote tous les efforts qu’il fait.

Il peut aussi être limitée à un seul domaine de la vie, un domaine où la personne échouera sans raison apparente, alors même que tout concourt à sa réussite. L’auto-sabotage est la cause bien souvent d’attitudes d’auto destruction et d’addictions.

Il est indispensable d’inclure dans les causes de l’auto sabotage, les expériences émotionnelles vécues lors de la conception, de la vie utérine, le lien avec les parents, ainsi que de l’héritage familial et les croyances.

6. L’humiliation

L’humiliation est une blessure de l’amour-propre. Elle nous est infligée par un autre ou par nous-mêmes. Elle est habituellement accompagnée par un sentiment de honte. Non sans raison on sait trop combien la culpabilité, les humiliations et les châtiments corporels sont des poisons distillés par les parents dès l’enfance, qui peuvent ravager toute une vie.

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Aujourd’hui plus que jamais, on observe ce phénomène. Chaque jour, on voit des enfants qui grandissent dans des environnements humiliants. Le harcèlement est l’un d’entre eux. Ce sont des enfants qui sont constamment soumis à des situations humiliantes, des moqueries et disqualifications, que ce soit à l’école ou à la maison. Cela détruit l’estime de soi de l’enfant.

Ils grandissent avec une forte tendance à la dépression. Nous nous rappelons certainement tous de situations humiliantes dans l’enfance, et il suffit de s’en souvenir pour comprendre à quel point ce traumatisme émotionnel de l’enfance peut être grave, et à quel point il s’agit d’une charge qui accompagnera toute la vie d’adulte.

On se juge intrinsèquement imparfait, mauvais, coupable, inférieur ou incapable pour l’éternité. Le révéler entraînerait la perte de l’affection des autres. Ceci peut inclure l’hypersensibilité aux critiques. Il peut exister une gêne, avec des comparaisons avec les autres et un manque de confiance en soi. On peut ressentir la honte des imperfections perçues ou se sentir humilié, abaissé, mortifié, vexé.

Par conséquent, la personne souffrant d’humiliation croit que si elle s’occupe des autres et qu’elle devient dévouée, elle sera considérée. Elle prend beaucoup sur ses épaules. Elle se croit indigne de recevoir des compliments ou des faveurs. Elle est même prête à supporter le blâme pour quelque chose qui ne lui appartient pas. Elle attire des situations et des personnes qui réveilleront son sentiment de honte et de culpabilité.  Elle est spécialiste pour se dévaloriser elle-même.

7. La trahison, promesse non tenue

Elle apparaît lorsque l’enfant s’est senti trahi par un de ses parents, surtout, si celui-ci n’a pas remplit ses promesses.

Cela peut générer une méfiance qui peut être transformée en envie et en d’autres sentiments négatifs, puisqu’on ne se sent pas digne de ce qui a été promis et de ce que les autres ont.

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte
« Demain, je t’emmène t’inscrire à la danse, et si tu es sage je t’offrirai un jouet ».

Parfois, en tant que parents, nous faisons de grandes promesses mais nous oublions, volontairement ou non, de les tenir. Mais ne pas tenir ses promesses crée un trauma chez l’enfant, une blessure émotionnelle, en lui enseignant que le monde et les gens proches ne sont pas fiables. Il deviendra un adulte à la personnalité peu assurée, peureuse et à la jalousie compulsive.

Exemple : Des parents qui se séparent. Un petit enfant est par essence égocentrique, il ne peut pas comprendre se qui se trame dans la relation entre ses parents. Il ressent la séparation comme une trahison. Il se construit alors un contrôle qui s’étend rapidement à son expression émotionnelle perçu alors comme une faiblesse.

Toute relation est douloureuse, elle est le règne du danger et de l’imprévisible. On s’attend à ce que les autres nous fassent souffrir, nous maltraitent, nous humilient, nous mentent, trichent et profitent de nous. En général, la souffrance infligée est perçue comme intentionnelle ou résultant de négligence, elle est extrême et injustifiable. La méfiance engendre un taux de stress élevé. Cette attitude vise la société en général.

Avoir souffert de ces problèmes dans l’enfance construit des personnes manipulatrices, qui veulent tout contrôler et bien contrôler.

 

8. La peur de l’inconnu

Beaucoup de parents encouragent leurs enfants à perdre leur peur de l’obscurité, de l’eau ou des endroits inconnus, ou sous-estiment leurs peurs en leur disant de ne pas être peureux.

Voici 10 blessures émotionnelles l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Les enfants ont besoin de patience, et l’immersion violente dans des environnements inconnus ne fait que générer des individus peu sûrs d’eux, ayant peur du changement et résistants à la différence.

Ainsi, nous devons être très attentifs à nos comportements et nos remarques, et comprendre que quelque chose qui n’a pas de valeur pour nous en a énormément pour votre enfant et peut le marquer toute sa vie. La patience, la compréhension et le dialogue sont des qualités que nous devons développer à l’égard de votre enfants, afin de leur offrir une enfance chargée de bien-être, de confiance et d’amour.

9. L’injustice

Dès un âge très jeune, les enfants ont la capacité d’évaluer si une situation dans laquelle ils sont impliqués est juste ou injuste, ou s’ils reçoivent un traitement inégalitaire. Et pour ceux qui ont plusieurs enfants, c’est une question d’importance capitale.

Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulteEn vivant dans un environnement qui a été très injuste, le « je » se détériore petit à petit, transmettant l’idée aux enfants qu’ils ne méritent pas l’attention des autres. Un adulte qui a souffert de cette blessure émotionnelle peut devenir très peu sûr de lui avec une vision pessimiste de la vie. Ces personnes auront des problèmes pour faire confiance aux autres et établir des relations, et penseront inconsciemment que tout le monde les traite mal.

Elle est souvent liée aux précédentes ! N’est-ce pas injuste d’être rejeté, abandonné ? L’enfant va être très attentif au partage de l’amour parental dans la fratrie.

La justice se définit comme l’appréciation, la reconnaissance et le respect des droits et du mérite de chacun : droiture, équité, impartialité, intégrité.

Une personne qui souffre d’injustice est une personne qui ne se sent pas apprécier à sa juste valeur, qui ne se sent pas respecter ou qui ne croit pas recevoir ce qu’elle mérite ou au contraire qu’elle reçoit plus que ce qu’elle croit mériter. Celui qui souffre d’injustice alimente sa blessure en étant beaucoup trop exigeant envers lui-même. Il ne respecte pas ses limites et se fait vivre beaucoup de stress.

Il est injuste avec lui-même car il se critique et a de la difficulté à voir ses qualités et ce qu’il fait de bien. Il entretient une colère qui sourde et un sentiment d’impuissance à changer les situations.

Le sentiment d’injustice entre en jeu dans les foyers où les protecteurs de l’enfant sont froids et autoritaires.

Une exigence excessive génère des sentiments d’inefficacité et d’inutilité, tant durant l’enfance qu’à l’âge adulte.

“Tout le monde a le potentiel d’un génie mais si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper un arbre, il pensera toute sa vie qu’il est stupide.”.

Albert Einstein

10. Le syndrome de l’imposteur

Un imposteur, c’est quelqu’un sans foi ni loi, quelqu’un de profondément malhonnête,  fourbe et manipulateur.

Bien des gens qui réussissent, ne croient pas que leur succès est dû à leurs compétences et à leur intelligence et sont persuadés qu’ils ne le méritent pas. Malgré leurs succès, les personnes visées par le complexe d’imposture sont convaincues que leur réussite est due à un concours de circonstances, à leur travail acharné ou à leurs relations professionnelles.

Voici 10 blessures émotionnelles l'enfance qui persistent à l'âge adulte
Le syndrome de l’imposteur fait croire être en réalité foncièrement mauvais, imparfaits, ce qui annule hélas inconsciemment le fruit de leur travail. Le syndrome de l’imposteur peut amplifier les doutes et pensées récurrentes déjà présents et la quête de perfection.

Elles ont l’impression de ne pas mériter leur place, particulièrement au travail et dans ce qu’elles font, elles doutent de leur légitimité et on toujours l’impression d’usurper les bénéfices de leurs efforts. Elles sont persuadées de tromper le monde et vivent dans la crainte qu’on ne découvre la vérité.

Avec de telles croyances, il devient inévitable qu’elles finissent souvent par créer des situations qui valident leurs sentiments. On retrouve souvent ce syndrome chez les personnes autodidactes et les personnes à haut potentiel.

Elle est souvent influencée par celle de l’Humiliation. Il est jugé et/ou se juge comme incompétent, incapable de mener à terme ses actions. Elle viendra anéantir se qu’il tente de réaliser. A le différence de l’humilié qui se sabote lui-même, il sabote ses actions.

Et maintenant ?

Maintenant que nous connaissons les dix blessures de l’âme qui peuvent affecter notre bien-être, notre santé et notre capacité à nous développer en tant que personnes, nous pouvons commencer à mettre en place un processus de guérison. 

Pour devenir meilleur compagnon, meilleur parent, meilleur ami, meilleur collègue, meilleur manager aussi, car émotionnellement plus mature.Voici 10 blessures émotionnelles de l'enfance qui persistent à l'âge adulte

Peut-être que vous vous dite que vous avez toutes ces blessures ! Elles sont proches en effet mais on en a en générale une qui mène la danse et nous fait réagir.

« Je boite à l’intérieur ! Cette blessure d’enfance est invisible. Je ne sais pas où elle est ! »

La première chose à faire, c’est d’ouvrir les yeux et d’observer nos réactions et cela nous mènera à la blessure qui  correspond. Alors cela devient tangible.  En prenant ce recul, on commence déjà à lâcher un peu de culpabilité. Alors on se sent moins attaché à elle.

Ce travail d’introspection est gratifiant et actif : il peut émouvoir. La découverte de vos blessures vous autorisera à ne plus vous accuser de vos difficultés à vivre comme les autres. Votre culpabilité va bientôt disparaitre. Ce sera le premier cadeau que vous procurera ce travail.

A vous de jouer !

Soigner les blessures de l’enfance pour construire son chemin de vie

3 commentaires sur “Voici 10 blessures émotionnelles de l’enfance qui persistent à l’âge adulte

  1. Ping : La méthode Montessori pour encourager la créativité chez les enfants – Mind Body Life

  2. Ping : Changements psychologiques des femmes enceintes – Mind Body Life

Répondre à Pearl Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :